Alex + Ada : la BD qui pose la question de la conscience des robots

J'ai lu l'intégrale de la BD Alex + Ada en 3 tomes éditée aux éditions Delcourt. On s'y pose en son sein plusieurs questions éthiques en liens avec la robotique et leur "conscience.

Entre Blade Runner, inspiré de Philip K. Dick, et la série TV Real Humans, cette trilogie de science-fiction explore avec une grande sensibilité une question essentielle : Que signifie être Humain ?

La dernière chose au monde que souhaitait Alex était un X5, un androïde ultra-perfectionné qui ressemble à s’y méprendre à un être humain. Mais lorsque Ada fait irruption dans sa vie, il découvre vite qu’elle est en réalité bien plus qu’un simple robot… Son existence jusqu’alors bien rangée, va se trouver totalement chamboulée, bien au-delà de ce qu’il pouvait imaginer…

Lire un extrait : http://www.editions-delcourt.fr/serie/alex-ada-1.html

Cette BD pose les questions des lois de la robotique et de la conscience de soi et du libre arbitre. Peut-on permettre à une machine d’avoir un libre arbitre et de mener une existence par elle-même ou ne doit-on la laisser qu’en pure exécutante des souhaits et désirs de son maître ?

En 3 tomes, nous allons suivre les aventures d’Alex, un humain et Ada son robot. Formatée, Ada n’est rien d’autre qu’une esclave qui ne se plaint pas et ne peut pas se plaindre car ce n’est pas dans son code tout simplement. Alex parviendra cependant à lui activer une conscience faisant basculer radicalement la relation entre les deux personnages et rendant Ada touchante. Mais, cette action illégale doit rester secrète, sans quoi Ada risque d’être capturée et détruite et Alex envoyé en prison.

En parallèle de cela, les questions sur les lois de la robotique et la conscience des robots y seront également grandement présentes.

Une lecture que je ne saurais que trop vous recommander si ce genre de dilème moral vous intéresse.

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité