Le club de lectures d’Übergizmo – Episode 1

Bonjour à tous et bienvenue à bord du club de lectures d'Übergizmo où je vous parlerai des différents ouvrages que je reçois de la part des éditeurs et où je vous apporterai mon point de vue parfaitement subjectif à leurs sujets. Il ne s'agira uniquement que de BD, comics et mangas. Sachez qu'il n'y a pas d'ordre de préférence dans la rédaction de cet article mais un bon vieux système du "c'est en haut de la pile donc je le chronique en premier".

I love you so I kill you T1 (Soleil Manga) – 7.99€

iLoveYouSoT1

Quand un virus pousse à massacrer l’être aimé, il est indispensable de résister à la tentation ! Car, si celui qui vous aime est infecté, une expression prend alors tout son sens : « Aimer à en mourir ».

Kamishiro Taku aime prendre soin des plantes du lycée et son amie Mika aime le taquine sur le sujet. Elle ignore tout des sentiments de son ami. Mais sa vie bascule le jour où il tente d’intervenir lors d’une agression dans la rue. Un curieux virus va ainsi le contaminer. Dès lors, de terribles envies de meurtre l’envahissent en présence de Mika. Chaque moment passé à ses côtés est l’objet de visions de meurtres d’une rare cruauté. Pourtant, il va devoir affronter ses instincts et trouver un remède au plus vite !!!

Lire un extrait : https://www.soleilprod.com/manga/previews/i-love-you-so-i-kill-you-01.html

Cette lecture est pour un public averti, ne pas mettre entre les mains des plus jeunes. Nous avons ici un synopsis de base assez intéressant et original : plus vous êtes amoureux de quelqu’un plus vous allez être pris de pulsions meurtrières envers cette personne. Tout ceci à cause des effets d’un mystérieux virus. Je n’ai pas été particulièrement emballé par cette lecture je dois dire mais je dois lui reconnaître plusieurs points positifs à commencer par ses traits et sa représentation de l’intensité des pulsions. L’intensité également de la folie qui va de paire ici. Mais pour le reste, je n’ai pas ressenti le besoin d’avoir envie de lire la suite. On a encore et toujours le grand classique coup du garçon secrètement amoureux de sa meilleure amie de toujours et on a vu plus original (même si pour le coup cet amour peut lui être fatal à la demoiselle).

Bad Ass – Jack goes to hell (Delcourt) – 15.5€

badAss-JackGoesToHell

Dans le troisième tome de la série, Who’s the boss ?, Jack Parks, plus connu sous le nom de Dead End, meurt. Comme tous les super-méchants, il rejoint rapidement l’enfer. Mais il n’a pas l’intention de s’éterniser…

Jack Parks est mort, abattu dans une ruelle de San Francisco. En guise de lumière au bout du tunnel, ce sont des mains décharnées qui viennent le chercher et l’entraînent jusqu’aux tréfonds de l’enfer. Là, dans la salle d’attente des services administratifs infernaux, il attend son châtiment. Mais après avoir été informé des festivités à venir, Jack décide de ne pas traîner dans le coin et s’échappe dans l’immensité du désert infernal…

Lire un extrait : https://www.editions-delcourt.fr/serie/bad-ass-jack-goes-to-hell.html

Il s’agit ici de ma première rencontre à l’univers de Bad Ass mais cela ne m’a pas pour autant empêché de globalement tout comprendre à l’histoire qui nous entoure et de bien rigoler au cours de la lecture. Nous suivons ici l’aventure de Jack en enfer à la suite de sa mort pas très bad ass. Au vu des très nombreux crimes qu’il a réalisés dans sa vie, sa vie en enfer devrait véritablement être un enfer ! Mais il est bien décidé à s’échapper des lieux. Le monde des enfers est particulier. Tout y est gratuit, il regroupe aussi les morts de tout l’univers, donc pas que la race humaine. En souhaitant échapper à son destin Jack va foutre un sacré bordel sur place. Une lecture dynamique et drôle que je vous recommande chaudement (après avoir lu les tomes précédents, ce que je vais bientôt faire je pense) !

Tinta Run T1 (Glénat) – 6.9€

tinta-run-1-glenat

Un garçon paumé va développer son pouvoir pour offrir au monde une nouvelle ère de liberté.

Premiers jours de pâtisserie pour Arty. La loi de Phinéa exige d’apprendre un vrai métier pour devenir un bon citoyen. Seulement, à 16 ans, le garçon rêve à quelque chose de plus grand. Face à son maître tyrannique, d’étranges et puissantes capacités se font jour. Arty serait-il l’héritier de la Tinta, cette énergie magique qui régit toute loi sur Phinéa ?
Pour percer le secret de ses pouvoirs, le jeune homme devra s’embarquer dans une course éperdue pour sa liberté, affronter de courageux habitants qui n’attaquent qu’en groupe, cavaler sans aucun slip de rechange, s’acoquiner avec une fontaine et réussir à esquiver sa mère. Deviendra-t-il l’un de ces mythiques Tinters qui font la loi ?

Lire un extrait : http://www.glenatmanga.com/scan-tinta-run-tome-1-planches_9782344024577.html#page/1/mode/2up

Nous avons ici droit à une prod française pour ce shônen. Il revendique d’ailleurs bien son origine dans son format de lecture de gauche à droite et non pas de droite à gauche comme la quasi totalité des mangas du marché. J’ai beaucoup de mal actuellement avec l’univers des shônen, une overdose dirais-je même. Toujours le même pattern de la grande quête épique d’un jeune gamin qui ne sait pas qu’il est exceptionnel. Nul besoin de lire la suite pour avoir une vague idée de comment tout ceci va s’achever. Le héros principal n’est pas une lumière mais il a beaucoup de force. Son compagnon d’aventure a quant à lui davantage de neurones et un peu moins de forces à offrir pour former un duo qui traversera la mappemonde à la recherche de la Tinta, (une sorte de Force Jedi). C’est appréciable de voir des mangas FR mais les shônen je n’en peux plus ! N’hésitez pas à aller voir du côté de Dreamland chez Pika niveau manga FR avec un solide scénario original !

Kedamame l’homme venu du chaos T1 (Glénat) – 7.6€

Un homme chimère venu du chaos !

//

1246, Japon médiéval. Kokemaru le bouffon protège la jolie danseuse Mayu et sa sœur la belle Kyara, malgré son unique bras. Grimé en chat, il passe son temps à raconter des inepties, mais il est en réalité Kedamame, l’homme venu du chaos…
Yukio Tamai, l’un des meilleurs artistes du Japon aux côtés de Kentaro Miura (Berserk), Hiroaki Samura (L’Habitant de l’infini) et Takehiko Inoue (Vagabond) n’avait pour l’instant jamais été édité en France. Avec ce seinen en quatre tomes, vous aurez le plaisir de découvrir son trait virtuose et sa maîtrise d’un scénario qui joue avec les voyages spatio-temporels sans jamais se perdre dans ses pièges. Un chef-d’œuvre tout simplement.

Lire un extrait : http://www.glenatmanga.com/scan-kedamame-l-homme-venu-du-chaos-tome-1-planches_9782344026144.html#page/54/mode/2up

Kokemaru est un étrange personnage. Il reste discret en public tout au long de l’aventure mais on sent qu’il n’est pas un être comme les autres. Car une fois que les yeux sont détournés, c’est un autre être qui prend sa place. Il reste discret car il sait que c’est dangereux pour lui mais surtout pour ceux avec qui il voyage depuis de nombreuses années, une sorte de petite troupe ambulante. Possédant un bras en moins, certains jurent pourtant le voir équipé de pinces à la place des bras. Evidemment il n’en est rien. A moins que… Notre héros va ainsi devoir survivre et faire en sorte que ces compagnons aussi survivent aux méandres qui se cachent sur leur route. Le passé de ce héros encore bien mystérieux à la fin du T1 promet de sacrées révélations en tout cas.

A mon avis, l’auteur de ce manga aime beaucoup les animaux, tous les animaux. Une intéressante lecture pour une histoire annoncée en 4 tomes. Mention spéciale à la quasi dernière page du manga !

La petite souriante (Dupuis) – 14.5€

9782800168593-couv-M800x1600

Josep Pla, dit Pep, est éleveur d’autruches dans une tienda isolée. Une nuit, après treize ans d’un abominable mariage, il massacre sa femme avant de balancer son corps au fond d’un puits et de se débarrasser des traces. Enfin, il va pouvoir se la couler douce avec Isabela, sa belle-fille pourrie par la haine, qui rêvait de ce meurtre comme d’autres rêvent de leurs fiançailles.

Sauf que…

De retour chez lui, soulagé de son devoir accompli, Pep ne s’attendait pas à y être accueilli… par son épouse. Laide et bien vivante, et toujours aussi insupportable. Une découverte incompréhensible qui enflamme la colère d’Isabela, persuadée que son amant ne vaut pas un clou. Car si la morte est encore en vie, alors qui est dans le puits ? Et combien de fois faudra-t-il encore la tuer pour qu’elle ne revienne plus jamais leur gâcher l’existence ?

Lire un extrait : https://www.dupuis.com/catalogue/la-petite-souriante/bd/reader/la-petite-souriante-la-petite-souriante/1168590

Non vous ne rêvez pas sur le scan présent juste au-dessus, la BD est volontairement “dégradée” ce qui est tout aussi étrange que l’oeuvre en elle-même. Cette BD suit les paroles de la chanson de Dufleuve de 1908 “Elle était souriante” à qui chaque jour il arrive un malheur et qui chaque matin se réveille comme si de rien n’était, entièrement normale. Vous les retrouverez à la fin de la BD. Ici, le même schéma sera appliqué avec la femme de notre héros qui semble ne jamais vouloir décéder. Une lecture cynique et trash avec des relations entre personnages assez peu communes. Il n’y a pas spécialement de logique à cette histoire fantastique où la folie va grimper crescendo.

On notera un joli travail au niveau des couleurs qui aident à mesurer encore plus les différentes ambiances qui dans l’ensemble sont assez sombres.

Merci aux éditeurs pour l’envoi des ouvrages

//

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité