Le premier propulseur utilisant de l’air comme carburant !

Propulseur xenon

Dans un futur proche, l'orbite terrestre pourrait être rempli de satellites propulsés à l'air. Ce nouveau concept de vaisseau à propulsion aérienne n'est pas signé NASA, mais ESA. Si ça fonctionne, la durée de vie des satellites en orbite basse  terrestre (et même martienne) pourrait être incroyablement prolongée. 

La méthode appelée propulsion électrique à respiration d’air (ABEP) ou propulsion électrique RAM est envisagée depuis une décennie. Mais lundi dernier, l’ESA a annoncé être parvenue à allumer un prototype de moteur dans une chambre à vide qui simulait l’orbite terrestre basse. Il s’agit donc de la première démonstration en laboratoire du principe technologique. Ce moteur a été rendu possible grâce à la collaboration de la société polonaise QuinteScience, et la société italienne Sitael.

Louis Walpot, un ingénieur aérospatial de l’ESA, explique : “Ce projet a commencé avec un nouveau design pour récupérer comme carburant les molécules d’air de la haute atmosphère terrestre, à environ 200 km avec une vitesse de 7,8 km/s. L’équipe a conduit des simulations informatiques sur le comportement des particules afin de modéliser toutes les options pour les récupérer, mais tout a pris son sens au moment du test pratique afin de savoir si le mode de récupération et le propulseur fonctionnent ensemble ou non.

moteur utilisant l'air comme carburant

 

Le propulseur est assez simple pour un système de propulsion spatial : des molécules d’air à haute-vitesse sont récupérées dans l’atmosphère, comprimées dans des bobines, chargées par des électrodes et recrachées à l’extérieur du vaisseau.

concept satellite propulseur

L’idée si elle fonctionne réellement, devrait résoudre bien des migraines. Les orbites en basse-altitude, qui demeurent dans les frontières de l’atmosphère, freinent les vaisseaux et les font retomber sur Terre au bout d’un moment. La Station spatiale internationale, par exemple, embarque du carburant pour qu’elle puisse régulièrement se remettre sur une trajectoire opérationnelle. Sinon, elle finirait par frotter l’atmosphère et se désintégrer.

Un satellite qui s’alimente à l’air utilise les atmosphères planétaires en carburant plutôt qu’en frein. Au lieu de terminer une mission quand le carburant du satellite est épuisé, ce qui prend normalement quelques années, ces satellites pourraient vivre beaucoup plus longtemps. Maintenant que l’ESA a produit une version fonctionnelle de ces moteurs efficaces, cela ne devrait plus prendre trop de temps avant que l’orbite basse terrestre soit peuplée de satellites utilisant l’air comme carburant… Un peu comme nous.

 

Tags :Sources :ESA
  1. ou comment inventer un mvt perpétuel ?

    ah ben non, il faudra de l’énergie (électrique en l’occurence) pour capter l’air et le rejeter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité