Il s’est enfin envolé dans sa fusée artisanale !

mad mike hughes fusée artisanale

Dans la série "n'essayez pas de l'imiter à la maison", voici "Mad" Mike Hughes. On vous a déjà parlé de lui. Ce chercheur en terre plate auto-proclamé, et fabricant de fusée à vapeur bricolée dans le garage, est enfin parvenu à prouver à tous les méchants qu'il était capable de se propulser à 570 mètres d'altitude sans se faire ratatiner !

C’est l’agence Associated Press qui s’est fait écho de cet exploit peu ordinaire. Pour rappel, Mike Hughes a essuyé deux échecs  auparavant. La première fois, il n’avait pas l’autorisation de décoller depuis le terrain qu’il avait choisi ; et la seconde, sa fusée avait un problème technique qu’il n’a pas jugé bon d’expliquer.

Mais ce dimanche 25 mars, Hugues est finalement parvenu à décoller de la ville fantôme d’Amboy dans le désert des Mojaves, en Californie. La vidéo réalisée par Matt Hartman, un journaliste freelance d’AP, montre le décollage qui semble prendre par surprise les spectateurs comme ce groupe de garçons qui trompent l’ennui  en lançant des cailloux sur un tas de cailloux plus gros.

Et voici une vidéo prise par Carlos Aceves, le gestionnaire de la ville d’Ambo où on voit la fusée décoller et redescendre en parachute ainsi qu’une vidéo de Route 66 News où Hughes est extrait de la fusée par des médecins.

 

#madmikehughes

Une publication partagée par Amboy California Route 66 (@carlosgarciaaceves) le

Son premier vol avait été annulé car sa fusée n’avait pas le droit de survoler un espace public. Hughes a alors modifié sa fusée pour réaliser un décollage vertical avec une plateforme de lancement improvisée. Selon AP, la fusée n’avait que 23 bars de pression au lieu des 24 bars prévus. Ils ont tout de même poursuivi le lancement car Hughes voulait éviter un nouvelle tentative ratée et écarter ainsi les rumeurs affirmant qu’il n’était même pas à bord des précédents essais. La vitesse estimée de la fusée était tout de même de 560 km/h.

Hughes a également déclaré à AP qu’en dehors d’un dos douloureux, il allait bien et se sentait “soulagé” que ce lancement soit passé. “Je suis fatigué des gens qui disaient que je m’étais dégonflé et que je n’avais pas construit de fusée, je suis fatigué de ça… Et je l’ai fait.”

Et Hughes de conclure “Suis-je heureux de l’avoir fait ? Oui j’imagine. Je vais le sentir demain matin. Je ne pourrai pas me lever du lit. Mais au moins, je peux rentrer, prendre mon dîner et voir mes chats ce soir.”

 

Les calculs réalisés par Hughes (qui ne croit pas aux sciences) ne sont pas rendus publics. Mais l’estimation des 560 km/h, que ce soit juste ou non, est suffisamment rapide pour qu’il puisse se vanter sans que personne ne puisse se moquer.

Et le prochain défi de Hughes inclut la construction d’une “Rockoon”. Il s’agirait d’une fusée lancée depuis un ballon au lieu d’un avion. Elle lui permettrait d’aller assez haut pour prouver la théorie de la terre plate. À 110 km d’altitude, il sera alors bien au-dessus de l’air respirable, et se trouvera à la limite Armstrong, une altitude où la pression est si basse que l’eau bout à la température normale du corps (c’est pour cette raison entre autres que les capsules sont pressurisées).

Et pour finir, Hughes va aussi se présenter aux élections pour devenir gouverneur de Californie… Pourquoi pas après tout…

Tags :Sources :Associated PresseRoute 66 News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité