Versus Fighting Story : quand l’esport se met au manga

eSport

Il y a quelques semaines les Editions Glénat sortaient un étonnant manga. Versus Fighting Story est un manga qui va te parler d'esport à la sauce fighting game. Si t'aimes Street Fighter, tu vas très probablement apprécier cette oeuvre. Si t'aimes l'esport, c'est fort probable également. Et en plus c'est français !

Suivez Max dans la (re)conquête de son titre et vivez l’Esport dans ce manga à l’humour survolté !

Max Volta, leader d’une équipe de joueurs professionnels, se lance à l’assaut du Capcom Pro Tour, l’une des plus grandes compétitions internationales sur Street Fighter V. Jugé favori et décidé à remporter le tournoi, il se pourrait pourtant que tout ne se passe pas comme prévu…

​Avec Versus Fighting Story, l’Esport n’aura plus de secrets pour vous ! Que vous soyez complet débutant ou spécialiste des jeux de combat, plongez au cœur de la compétition dans cette aventure pleine d’humour, portée par une galerie de personnages hauts en couleur. Avec ce titre, adoubé par Capcom et réalisé dans la veine des meilleurs shônen sportifs,  découvrez l’esprit Esport (et ses coulisses !) comme vous ne l’avez encore jamais vu !

Lire un extrait : http://www.glenatmanga.com/scan-versus-fighting-story-tome-1-planches_9782344021712.html#page/30/mode/2up

Ce manga suit la trame classique d’un shônen en proposant un héros finalement assez basique qui va devoir grimper en XP pour tout défoncer et devenu le meilleur joueur de Street Fighter du monde ! Durant son aventure il va croiser une panoplie de personnages tous plus tarés les uns que les autres et saupoudrez de vieilles rancunes. Enfin, n’oubliez pas l’amourette naissante et dont on est certains qu’elle aura lieu. Quand vous réunissez tout cela, cela donne une bombe de manga, français, qui fait honneur à l’esport, à ses joueurs et ses compétitions. Et même… ses conventions comme le célèbre Stunfest de Reims ! On ne peut pas faire de manga sur l’esport fighting game sans avoir un préambule de Ken Bogard qui est d’ailleurs représenté sans être nommé dans les premières pages.

A la fin de l’ouvrage il y a tout un tutoriel sur Street Fighter si les différents commentaires prononcés par Ken et consorts vous paraissent peu compréhensibles. Il faut dire que c’est un langage à part, à l’image des commentateurs de compétitions de skate board qui nomment toutes les figures, ici c’est pareil.

Glénat délire ici un must read sur le monde de l’esport bien plus profond dans son approche qu’avec Splatoon (que personnellement j’ai trouvé très très puéril).

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité