Soigner les maladies ne serait pas viable économiquement

labo soigner malade scandale

Un rapport qui vient de fuiter énonce clairement ce que de nombreuses personnes de l'industrie pharmaceutique murmuraient depuis longtemps en privé : il y a beaucoup moins d'argent à se faire en soignant les malades qu'en gérant leurs maladies à long-terme. Le problème est d'actualité puisque la thérapie génique pourrait soigner un grand nombre de maladies en modifiant l'ADN. Cependant, cette incroyable potentiel thérapeutique pourrait être bloqué s'il n'y a pas de changements dans la manière de financer la santé. Les pays avec des systèmes de santé efficaces pourraient bénéficier de cette nouvelle technologie, et des pays comme les Etats-Unis pourraient rester à la traîne. 

Les riches pourront toujours se soigner

Un analyste de Goldman Sachs, Salveen Richter aurait soulevé le problème en envoyant une note à ses clients : “La possibilité d’offrir “des soins en une prise” est un des aspects les plus attirants de la thérapie génique, de la thérapie cellulaire modifiée génétiquement et de l’édition génétique. Cependant, de tels traitements offrent une perspective très différente en terme de revenus réguliers versus les thérapies chroniques.

En d’autres termes, Il y a plus d’argent à se faire en vendant des médicaments régulièrement à petit prix plutôt qu’en proposant un soin efficace qui représente un gros effort financier en une seule fois.

Bien sûr, une personne assez riche acceptera peut-être de payer des centaines de milliers de dollars pour être soigner d’une maladie invalidante pour toujours. Mais la plupart des gens ne pourront pas se l’offrir surtout si leur maladie a un impact sur leur capacité à gagner des revenus. Et sur le long terme, pour éviter les pires aspects de leur maladie, ils paieraient beaucoup plus que pour un traitement unique. C’est l’équivalent médicale de la théorie des bottes de Terry Pratchett. 

Richter raconte l’histoire du Sofosbuvir, un traitement pour l’hépatite C, vendu par Gilead Sciences. En 2015, ce médicament a permis à cette société d’avoir des gains de 12,5 milliards de dollars, principalement aux Etats-Unis. Ce médicament très efficace soigne la plupart des patients. Le traitement s’arrête au bout de 12 semaines. Encore mieux d’un point de vue social, mais terrible au niveau des profits, une fois traités, les patients ne transmettent plus le virus, évitant ainsi de nouvelles infections. Cette année Richter pense que les ventes tomberont à moins de 4 milliards de dollars.

Des systèmes de santé défaillants

Sans surprise, le rapport a fait polémique après que CNBC l’ait révélé. Richter écrivait aux clients des banques d’investissement. Mais c’est facile de se révolter contre des sociétés dont les profits sont menacés par des changements technologiques qui bénéficient à des millions de personnes. Mais sans aucun changement dans le système de santé de nombreux pays, ce sont des millions de personnes qui pourraient être privées du soin dont ils ont besoin.

Cela coûte énormément d’argent pour inventer de nouveaux soins médicaux et les tester jusqu’à ce que les autorités de santé les jugent sans risque (en général près d’1 milliard de dollars.) Quelqu’un doit payer. Pour une maladie très répandue comme l’hépatite C, cela réduit juste les méga-profits à de très gros profits. Par contre, pour des maladies plus rares, il pourrait ne pas y avoir assez de revenues à réaliser qui justifieraient économiquement la recherche et les essais cliniques. La MIT Technology Review fait d’ailleurs remarquer qu’une prise de conscience sur ce problème pourrait expliquer que GlaxoSmithKline ait récemment vendu ses droits sur des médicaments très spectaculaires pour des maladies très rares.

Les systèmes de santé publiques comme ceux que nous avons en France, acceptent volontiers de payer pour que les patients puissent bénéficier des meilleurs soins. Après tout, sur le long terme, les économies surpassent généralement le coût. Mais il existe de nombreux pays, même développés, comme les Etats-Unis, où les traitements efficaces seront inaccessibles à une partie de la population qui continuera de s’appauvrir simplement pour lutter contre les effets indésirables d’une maladie pourtant curable.

Photo en Une : Jenna Luecke and David Steadman/Univ. of Texas at Austin

 

Tags :Sources :CNBCImage source :Jenna Luecke and David Steadman/Univ. of Texas at Austin
  1. CHER Norédine…
    Cell Prince Hype M’aime 2 La Mes 2 Signe Moderne,,,,
    +2 Malades = +2 Profits
    0n Vends Des Sucreries Aux Enfants, Juste Pour Kill Aïe Shell Dentiste !
    C Bien Connu !!!

  2. L’exemple du traitement contre l’hépatite est frappant. Ici (Belgique) ils préfèrent les traitements classiques, pour ne proposer le nouveau traitement qu’en dernier recours.

  3. Il y a un plus simple encore pour éviter de prendre leurs médicaments surtout efficaces pour soigner leurs comptes en banque; Jeter son ou ses téléviseurs, ne plus fréquenter les super ou hyper marchés ni les pharmacies, s’éloigner des grandes villes le plus possible, réduire sa consommation aux besoins essentiels, se bouger les fesses et se soigner en mangeant le plus sainement possible.
    Je dis ça et j’ai tout dit. A bon entendeur…

    1. Tu vois il s’avère justement que j’en ai une de maladie génétique contre laquelle on ne peut rien faire puisqu’il n’existe aucun traitement (Syndrome de Kennedy). Et bien je fais avec et je ne chiale pas ma race que c’est injuste, pourquoi moi ou je ne sais quelle autre connerie.. J’accepte mon sort et c’est tout. Mais surtout j’applique ce que j’ai écrit plus haut

  4. Il y a une étude qui dit que crisper-cas 9 est susceptible de ne pas fonctionner sur l’humain .En effet si ce sont des bactéries, des virus combattu depuis belle lurette par notre système immunitaire qui produisent le ciseau génétique alors cette méthode ne modifierait rien .
    Concrètement il faudrait trouver un nouvel organisme contre lequel le corps humain ne peut pas lutter pour qu’il y ait des effets .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité