Les intermittents de l’essuie-glace

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=7ZpBJZHPq3Q[/youtube]

Vous avez bien sur entendu parler des intermittents du spectacle. Mais connaissiez-vous les intermittents de l’essuie-glace? Comme vous pouvez le constater sur cette vidĂ©o, c’est un mĂ©tier qui demande une parfaite synchronisation motrice.

Sa technique consiste Ă  inverser les rĂ´les: ici c’est la porte qui travaille Ă  sa place. Un peu comme si votre masseur kinĂ©sithĂ©rapeute se contentait de poser les mains sur votre dos et vous demandait de bouger pour effectuer le massage. Après tout pourquoi pas? [BuzzFeed]

Tags :
  1. Humm, connaisant le mĂ©tier, j’ai peur qu’elle laisse des traces a chaque passage, mais c’est vrai qu’il faudrait bloquer les portes pour bien les nettoyer donc bon … Les clients pourraient pas rentrer 🙂

  2. Pour ce qui est de l’intermittent, quant Ă  lui, il peut faire rĂ©gulièrement ses 12 heures par jour, bosser pendant les pĂ©riodes de vacances, les jours fĂ©riĂ©s, ĂŞtre payĂ© en diffĂ©rĂ© (mon record personnel 1 an et 3 mois Ă  attendre un salaire), ĂŞtre mis en pause Ă  volontĂ©, sans prĂ©avis, mis en concurrence tarifaire et technique en permanence, et n’avoir aucune facilitĂ© bancaire, aucune possibilitĂ© de “bâtir” ou de planifier quoi que ce soit…
    Bref il faut vraiment croire Ă  sa vocation technique ou artistique pour se taper un statut aussi merdique…

    Je dis ça parce que beaucoup de “d’honnĂŞtes travailleurs” du privĂ©, que l’instabilitĂ© et la dĂ©tresse Ă©conomique ambiante crispent au plus haut point, pensent avec beaucoup d’a priori que les intermittents (c’est mon statut, je travaille dans l’audiovisuel) ne travaille que 507 heures par an… La rĂ©alitĂ© est qu’il ne sont payĂ©, très souvent QUE 507 heures pour beaucoup plus d’heure effectuĂ©es, et qu’Ă  partir de ce quota atteind, les employeurs se reposent sur les Assedic, pour payer leurs employĂ©s, qui continuent Ă  bosser “gratos”…
    Le service public utilisant le plus ce système Ă©tant la tĂ©lĂ©vision Française (on ne peut pas dire qu’elle manque Ă  ce point de moyen financier) et pire encore, les boĂ®tes de production privĂ©s, qui gravitent autour, qui margent ainsi sur le coĂ»t des salaires…
    En bref, des sociĂ©tĂ©s privĂ©es utilisant Ă  temps plein des travailleurs prĂ©caires dit “intermittents” mais partiellement financĂ©s par les cotisations chĂ´mage…
    Si vous hĂ©sitez encore pour trouver des responsables Ă©vidents Ă  l’utilisation spĂ©culative et malhonnĂŞte de l’homme par l’homme, pensez “Lutte des Classe” et relisez Marx, c’est juste un gĂ©nie de la sociologie…

  3. Sérieusement les gars, vous ne pensiez pas que se serai comme ça ?

    Je ne veux pas discrĂ©diter votre travail (car j’ai voulu devenir camĂ©raman moi mĂŞme), mais franchement, en gĂ©nĂ©ral, tout ce qui touche a la culture (quand t’es pas un prĂ©sentateur sur-payĂ© pour un sous-travail), c’est un statut de merde …

    Il ne fallait pas se leurrer …

    De plus, Marx Ă©tait un idĂ©aliste, la plupart de ses concepts et thĂ©ories sont illusoires … Pas besoin d’aller si loin dans l’histoire pour dire qu’il y a des classes de pouvoir, Thomas Hobbes pour ne citer que lui.

    La “lutte des classes” est propre Ă  la sociĂ©tĂ© humaine, on y changera rien, on est pas Ă©gaux devant le travail, ni devant la mĂ©decine ou la politique … C’est comme ça, ça le sera toujours.

    Enfin, tout ceci n’a rien a voir avec le travail portĂ© par l’article : le noble nettoyeur de “carreaux” 🙂

  4. Je me suis pas leurrĂ©. MalgrĂ© cela et en connaissance de cause, j’ai voulu faire le mĂ©tier qui me plaĂ®t et qui me passionne d’ailleurs de plus en plus.

    J’espère que tu n’as pas Ă©cartĂ© tes dĂ©sirs de devenir cadreur pour ces raisons.

    C’est triste de choisir un travail uniquement pour ce qu’il apporte sur le compte bancaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité