La Corée du Sud se penche sur le développement de drones kamikazes

Les Japonais ont perfectionné l'art des attaques kamikazes pendant la Seconde Guerre mondiale, une pratique qui, il faut l’avouer, a pris la flotte américaine par surprise. Et aujourd’hui, les militaires Sud-Coréens se soient replongés dans cette page de l'histoire du Japon, puisqu’ils travailleraient sur un concept d’aéronef sans pilote, qui serait capable dans les 2 prochaines années, d'effectuer une frappe de précision en allant s’écraser délibérément sur une cible. Bien entendu, qui dit « crash délibéré », sous-entend que cet avion ne reviendra pas à la base depuis laquelle il a été lancé, puisque cet appareil est prévu pour aller frapper des cibles militaires, telles que des pièces d'artillerie côtières, des véhicules d'artillerie antiaérienne auto-automoteurs à long portée et des hydroglisseurs.

L’entreprise Korea Aerospace Industries (KAI) a nommé cet avion kamikaze sans pilote “Devil Killer” (littéralement le « Tueur de Diable »), que vous pouvez parfaitement considérer comme étant la version plus raffinée d’un missile. Après tout, aussi bien un missile que ce “Devil Killer” décollent ou sont tiré depuis un site éloigné d’une cible, et survolent de vastes distances à grande vitesse afin de réduire leur objectif en cendres…

Le Devil Killer est également très compact, puisqu’il mesure à peine 150 cm de long pour 130 cm d’envergure d’aile, et cet appareil est capable de s’écraser sur une sible à une vitesse maximale de 350-400 kilomètres à l’heure. Grâce à ses ailes repliables et à son poids de seulement 35kg, le « Devil Killer » est très facile à transporter. A quand un AR-Drone de Parrot dans une version customisée du « Devil Killer » ?

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité