Le CSA en régulateur des magasins d’applications

L'AppStore d'Apple

L'AppStore d'AppleSi aujourd'hui, la plupart de nos achats d'applications se font via les magasins des constructeurs - Appstore, Google Play Store, Windows Phone Store, etc -, il n'y a aucun régulateur entre leurs dirigeants et les éditeurs, une place que souhaiterait tout naturellement prendre le CSA.

Alors que le rapport Lescure enjoint le CSA à étendre sa mission de surveillance sur l’Internet, Olivier Schrameck, président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), déclarait il y a quelques jours, lors du colloque média NPA-Le Figaro,qu’un fabricant de terminaux connectés ou un magasin d’applications mobiles joue dans l’accès aux contenus et aux services un rôle crucial auquel la régulation ne peut rester indifférente.”

Le cas de l’éviction de l’Appstore de AppGratis est l’exemple flagrant. Pour Olivier Schrameck, les relations entre le magasin et l’éditeur ne doivent pas relever que du seul droit commercial. A ce titre, le CSA veillerait donc à ce que certains éditeurs ne se retrouvent pas évincés…

Tags :Sources :Le Figaro
  1. Pourquoi “naturellement”? Qu’il y ait un régulateur pour éviter le comportement abusif des magasins d’applications, pourquoi pas. Mais le CSA n’a aucune compétence dans ce domaine (voire, tout court) donc non , ça ne serait pas naturel que le CSA soit ce régulateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité