Comment faire caca en combinaison spatiale ? La NASA a besoin de vous !

caca espace

Dans l'espace, personne ne vous entend tirer la chasse !  Et c'est normal, il n'y a pas d'eau dans les toilettes dans la Station spatiale internationale (ISS). Elles fonctionnent avec un système d'aspiration et le nettoyage est principalement manuel. Par contre, savez-vous comment s'y prennent les astronautes pour uriner et dĂ©fĂ©quer quand ils sont en combinaison dans l'espace ? L'astronaute français,Thomas Pesquet a passĂ© 48 heures en combinaison dans une capsule sans toilette avant d'atteindre l'ISS. Comment a-t-il fait ses besoins naturels ? 

Les astronautes ont Bac+72, s’entraĂ®nent pendant des annĂ©es et le jour oĂą ils parviennent enfin Ă  rĂ©aliser leur rĂŞve, ils se retrouvent Ă  faire caca et pipi dans une couche qu’ils devront garder pendant plusieurs heures. Oui, c’est la rĂ©alitĂ©. Les astronautes font leur besoin dans une couche quand ils portent une combinaison spatiale. Bien sĂ»r, ils ne portent pas une combinaison en permanence, mais elle est obligatoire lors des sorties dans l’espace et lors de leur dĂ©part pour l’espace et leur retour sur Terre.

Le caca dans l’espace

Les astronautes portent des couches hyper-absorbantes pour adultes. Et pour ceux qui se demandent Ă  quoi sert la conquĂŞte de l’espace, il faut savoir que les technologies spatiales ont aussi conduit aux innovations que vous retrouvez dans de nombreuses couches pour bĂ©bĂ© aujourd’hui.

La plupart du temps, un trajet en Soyouz vers l’ISS ne dure que 10 heures. Pourtant, le dernier transfert d’astronautes qui a eu lieu la semaine dernière a mis 2 jours pour atteindre l’ISS (car il y a des modifications sur les stations sol qui doivent envoyer les commandes). Et, il faut savoir que les couches peuvent prĂ©senter un problème d’hygiène si elles sont portĂ©es plus de 24 heures sans ĂŞtre changĂ©es.

Pire, en cas de problème, les astronautes peuvent se retrouver coincer dans leur combinaison jusqu’Ă  6 jours ! C’est impensable. Si vous avez dĂ©jĂ  changĂ© un bĂ©bĂ©, vous savez qu’ils ont très facilement les fesses irritĂ©es. Si on ne traite pas les irritations, cela peut se transformer en infections très douloureuses et parfois dangereuses. Personne ne voudrait que des matières fĂ©cales puissent pĂ©nĂ©trer dans son urètre ou son vagin.  Les complications seraient catastrophiques, surtout dans l’espace. Sans oublier qu’en apesanteur, si ces matières s’Ă©chappent de la couche, elle peuvent remonter jusqu’aux oreilles, au nez ou Ă  la bouche.

Heureusement, si le vol se passe bien, les astronautes peuvent retirer leur combinaison au bout d’une dizaine d’heures. Et comme nos amis russes savent recevoir, ils ont installĂ© des toilettes très basiques dans le module orbital oĂą sont stockĂ©es les rĂ©serves de nourriture et d’eau. Ainsi, Thomas et ses collègues ont pu se nettoyer et utiliser le dispositif quelques heures après leur dĂ©collage. 

L’appareil fonctionne par aspiration, et l’urine est collectée dans un réservoir. L’astronaute Gennady Padalka et le touriste spatial Charles Simonyi avaient fait cette démonstration depuis la capsule Soyouz en 2009 :

Le SpacePoop Challenge

Aujourd’hui, la NASA a besoin de vous. Elle fait appel aux internautes du monde entier en organisant le concours suivant : 

Il faut imaginer un système qui peut tenir Ă  l’intĂ©rieur d’une combinaison spatiale, collecter l’urine, les matières fĂ©cales, les pertes menstruelles pendant plus de 144 heures (6 jours) et sans avoir Ă  utiliser les mains. Il faut que ce système puisse fonctionner dans l’espace, oĂą les solides, les fluides et les gaz flottent en microgravitĂ©.

 

Si rendre la vie de Thomas Pesquet et de ses collègues plus agrĂ©able n’est pas une motivation suffisante, il faut savoir que le premier prix recevra Ă©galement 30 000$. Si vous voulez participer, rendez-vous sur le site de la NASA.

Sources :NASAHerox
  1. D’un certain point de vue, je me dit que l’ĂŞtre humain Ă  besoin d’une carotte ( ex: la conquĂŞte de l’espace) pour bosser sur la construction de notre vie ( ex: des couches pour TOUT les ĂŞtres humains dans leurs jeune âge, qui d’ailleurs sont aujourd’hui montrĂ©s du doigt pour leurs toxicitĂ© Ă  long therme…) et donc je trouve cela ridicule. Dans un monde utopique tout les humains bosserai ensembles pour construire leur vie, sans avoir besoin de carotte, en rĂ©glant les problèmes important, et en se divertissant après… mais on n’est pas dans un monde utopique, on n’est pas dans un monde ou la plupart bossent et transpirent pour avancer et faire avancer, on est dans un monde oĂą la plupart veulent des sous, facilement sans effort, genre on vie Ă  crĂ©dit sur la planète car la plupart ne respecte rien Ă  part leurs Ă©goĂŻsme lĂ©gendaire, et qui diront qu’il vaut mieux fuir le problème que de bosser ensemble pour le rĂ©soudre, et par consĂ©quent d’apprendre et faire en sorte de respecter cette planète et ceux qui s’y trouve. Parce que d’aller faire la mĂŞme merde sur mars n’avancera Ă  rien, parce que tout l’argent gaspillĂ© dans ces fusĂ©es Ă  la con qui leur pète Ă  la tronche, aurait pu ĂŞtre investi ailleurs, et que si ils l’ont inventĂ© pour la conquĂŞte spatiale, ils auraient pu l’inventer pareil, mais pour d’autre raison, par solidaritĂ© par ex, pour leur propre enfant pour autre ex, sans avoir besoin encore, de polluer tout ce qu’on touche .

  2. C’est bien d’aller se promener dans l’espace ( et d’y laisser tout plein de merdes), mais de rĂ©gler les problèmes ici sur terre c’est mieux, plus il y aura de gens Ă  le faire, plus ça avancera plus vite
    Ă’ dĂ©sespoir…

  3. “Pourtant, le dernier transfert d’astronautes qui a eu lieu la semaine dernière a mis 2 jours pour atteindre l’ISS. ForcĂ©ment, se retenir aussi longtemps est impossible et nos amis n’ont pas eu d’autres choix que de se soulager dans leur combinaison. ”
    Ok pour les 2 jours pour atteindre l’ISS. Mais il faut savoir qu’il y a un module orbitale dans Soyouz (qui se situe au dessus du module oĂą ils sont au dĂ©collage/atterrissage) oĂą ils ont un peu plus de place et qui possède le mĂŞme système de “toilettes” que dans l’ISS.
    Donc non, ils ne gardent par leur couche pendant les 48h et on voit bien qu’ils ne sont plus en combinaison quand ils rentrent dans l’ISS, ils se sont donc changĂ©s une fois en orbite.

    Encore des “absurditĂ©s” avancĂ©s dans un article oĂą l’auteur n’a mĂŞme pas pris la peine de s’informer complètement sur le sujet.

    Voir ce tweet de Thomas Pesquet pour les toilettes de Soyouz:
    https://twitter.com/Thom_astro/status/799613143253139456

  4. Je passe sur les fautes de grammaires de l’article ainsi que sur sa rĂ©daction mĂ©diocre. Mais une formulation plus en finesse du sujet aurait Ă©tĂ© la bienvenue, notre langue est assez riche pour Ă©voquer nos besoins physiologiques sans Ă©crire “faire caca” en gros titre, ce qui ne fait pas très professionnel. Ce n’est que mon avis.

    1. Nous avons bien reçu votre critique et nous vous remercions pour ça.

      Par contre, je remarque que votre pseudonyme n’illustre pas du tout vos propos. La langue française n’est-elle pas assez riche pour Ă©voquer votre bouche (ou votre visage) autrement ? Ou bien admettez-vous que certaines formulations ont un impact plus flagrant lorsqu’elles sont vertement provocantes ?

      1. Et qu’en est t-il pour la prise en compte de mon commentaire en haut et de la correction de l’article ?
        A savoir, que les astronautes ne font pas leurs besoins dans une couche lorsqu’ils restent 48h en orbite avec Soyouz…

        Une autre petite coquille dans le tout dernier paragraphe:
        “Si rendre la vie de Thomas Pesquet et de ses collègues n’est pas une motivation suffisante, il faut savoir que le premier prix recevra Ă©galement 30 000$”

        => On ne décide quand même pas de rendre la vie à Thomas Pesquet ou pas.
        A la limite, on peut essayer de leur rendre la vie +plus agrĂ©able mais c’est tout 🙂

      1. Le caca est sale, c’est pour ca qu’on s’essuie apres la grosse commission, sinon, ca, fait, des, virgules, et, trop 🙂

        Du coup quand on parle de “merde, chier, bouse, daube, moulage de bronze, caguade, plantage de borne”, voire meme de “traces de pneus” ou “ticket de mĂ©tro”, en plus d’etre sale c’est Ă©galement considĂ©rĂ© comme vulgaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité