Une université coréenne menacée de boycott par peur de “robots tueurs”

robots

Plus de 50 experts en intelligence artificielle du monde entier ont menacé de boycotter la célèbre université KAIST de Corée du Sud à cause de son engagement présumé dans le développement de "robots tueurs".

Des chercheurs des Universités de Cambridge, Cornell, Californie, Berkeley et 52 autres institutions ont écrit une lettre ouverte au Korea Advanced Institute of Science and Technology (KAIST) pour faire part de leurs inquiétudes concernant un nouveau centre de recherche, le Research Centre for the Convergence of National Defence and Artificial Intelligence.

À l’heure où les Nations Unies discutent de la manière de contenir la menace internationale posée par les armes autonomes, il est regrettable qu’une institution aussi prestigieuse que le KAIST cherche à accélérer la course au développement de telles armes.

Nous déclarons publiquement que nous boycotterons toute collaboration avec quelque partie du KAIST que ce soit jusqu’à ce que le président du KAIST offre des garanties – que nous n’avons pas reçues – que le centre ne développera pas d’armes autonomes échappant à tout contrôle humain.

Le président du KAIST, Sung-Chul Shin, s’est dit “attristé” de cette menace et réfute le fait que l’institution ait prévu de travailler sur de tels systèmes : “le centre vise à concevoir des algorithmes pour des systèmes logistiques efficients, de la navigation sans équipage [et] un système d’entrainement de l’aviation. […] Le KAIST sera responsable de l’éducation des chercheurs sur ses sujets et proposera de nombreuses consultations. […] En tant qu’institution académique, nous respectons pleinement les droits de l’homme et les standards de l’éthique. Le KAIST ne mènera aucune activité de recherche allant à l’encontre de la dignité humaine, encore moins concernant des armes autonomes qui seraient dépourvues de tout contrôle humain.

Si cette déclaration semble effectivement aller dans le bon sens, il intervient trop tardivement, selon les organisateurs de cet appel au boycott, – les premières demandes d’explications datent de début Mars -, et certaines questions restent sans réponse, notamment au sujet des projets en cours.

Depuis Novembre dernier, les Nations Unies ont entamé une réflexion concernant un bannissement potentiel des armes autonomes. Le prochain rassemblement sur le sujet aura lieu à Genève le 9 Avril.

Tags :Via :Times Higher Education
  1. Les gens se réveilleront le jour où un groupe d’illuminés un peu plus technophiles lâcheront un robot furtif et tueur en centre ville de leur “ennemi juré”. Le genre pas plus grand qu’une abeille, qui tue une personne au hasard et part ensuite se cacher. Le terrorisme ultime. On aura des cartes de zones déconseillées. Une sorte de coyote ++. Mais il n’y aura plus personne dans les rues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité