Une nouvelle espèce de fourmi kamikaze découverte à Bornéo

fourmi kamikaze

Lorsqu'elle est confrontée à un ennemi, la fourmi kamikaze d'Asie du Sud-Est explose, littéralement. Des chercheurs ont mené une vaste étude pour mieux comprendre ces espèces. Plus d'une dizaine rentrent dans cette catégorie, et une toute nouvelle vient d'être découverte.

Si les fourmis sont capables de formidables comportements prosociaux – créer des ponts ou des radeaux avec leurs propres corps, par exemple -, elles savent aussi se sacrifier pour protéger leur colonie. Lorsqu’elle se retrouve menacée, la fourmi kamikaze peut décider de rompre son mur abdominal. Un dernier geste qui libère un liquide collant et toxique.

Les scientifiques appellent cela l’autothyse, un suicide que l’on retrouve notamment chez certaines espèces de termites. Contrairement à la plupart des espèces qui pensent à leur propre survie, les fourmis, comme les termites, vivent avant tout pour leur colonie. La perte d’un individu ne représente rien, ou presque pour le groupe.

Certaines espèces de fourmis kamikazes ont été répertoriées durant la première moitié du XXème sicèle. Un nouveau groupe, Colobopsis cylindrica, avait même été créé. Mais aucune nouvelle espèce n’avait été découverte depuis 1935, ce qui pouvait paraître étrange. Une expédition à Bornéo, en Thaïlande et en Malaisie, par une équipe interdisciplinaire a donc été organisée.

Les résultats, publiés récemment, montrent 15 espèces de fourmis kamikazes, dont une totalement nouvelle, baptisée Colobopsis explodens. Et cette espèce sert aujourd’hui de référence pour ce groupe, étant très prompte au sacrifice. Il suffisait simplement que les chercheurs s’approchent un peu trop pour que le suicide soit acté.

Outre cette autothyse tout à fait remarquable, les scientifiques ont constaté d’autres facultés étonnantes chez ces espèces, ouvrant la voie à de futures recherches sur ces insectes encore trop méconnus.

Tags :Via :Gizmodo
  1. Bonjour et merci pour cet article intéressant.
    Toutefois, dans celui-ci comme dans tant d’autres, l’émergence de fautes d’orthographe me blesse les yeux et réduit mon plaisir à la lecture des supports numériques. J’ignore s’il y avait une urgence telle à la parution rapide de votre documentaire que la relecture n’ai pas permis de rectifier mais je vous remercie humblement d’y être attentif.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité