Club de lectures d’Übergizmo – Episode 8

Bonjour à tous et bienvenue à bord du club de lectures d'Übergizmo où je vous parlerai des différents ouvrages que je reçois de la part des éditeurs et où je vous apporterai mon point de vue parfaitement subjectif à leurs sujets. Il ne s'agira uniquement que de BD, comics et mangas, voire parfois des artbooks. Sachez qu'il n'y a pas d'ordre de préférence dans la rédaction de cet article mais un bon vieux système du "c'est en haut de la pile donc je le chronique en premier".

Donald’s Happiest Adventures (Glénat) – 15€

Un matin comme les autres : Donald se lève de la patte gauche et reçoit un appel de Picsou. Après leurs aventures aux quatre coins du monde avec Mickey, son oncle a besoin de lui pour une nouvelle chasse au trésor. Mais Donald se rend compte que, peu importe l’étendue des richesses qu’il lui envoie chercher, son oncle ne sera jamais satisfait. Picsou a beau être un vieux canard pingre et acariâtre, il veut la même chose que tout le monde : le bonheur. Aussi décide-t-il d’envoyer son neveu à la recherche de cet inestimable trésor ! Mais pour le colérique et malchanceux Donald, trouver le secret du bonheur semble mission impossible…

Conçu sur un principe d’épisodes similaire à Mickey’s Craziest Adventures (mais dont on a cette fois-ci retrouvé tous les numéros), ce nouvel album plonge Donald dans une quête initiatique à la découverte du monde, des autres mais aussi de lui-même. Ainsi, sous couvert d’humour et d’aventure rocambolesque, Lewis Trondheim et Nicolas Keramidas explorent cette fois toutes les grandes notions philosophiques du bonheur.

Lire un extrait

J’ai adoré la lecture de cette BD inattendue. Tout comme la BD Philocomix, 10 philosophes, 10 approches du bonheur que j’ai lue y a quelques temps, on a droit à différentes approches du bonheur. Donald va rencontrer pléthores de personnages et leur demander ce qui pour eux serait le bonheur. Et pour chacun d’eux, la réponse sera très différente. De la philosophie “pure” dans l’univers de Disney avec Donald en héros, voilà un combo auquel on ne s’attendait pas ! Heureusement que ces vieilles planches ont été retrouvées pour nous fournir un ouvrage hors du commun qui mérite amplement sa lecture !

The End (Rue de Sèvres) – 19€

Dans le cadre d’un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C’est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra, hélas trop tard, que ces événements sonnent l’alerte d’un drame planétaire ?

Lire un extrait

The End est réalisé par Zep, le papa de Titeuf, et ici l’ambiance est totalement différente que la cour d’école du ptit blondinet !

Ce thriller environnemental est certes une fiction mais basé sur de nombreux faits réels comme celui des koudous du Transvaal mystérieusement morts. Après plusieurs temps on a constaté que les acacias avaient modifiés leur tanin pour les assassiner parce qu’ils étaient devenus nuisibles. On a ici un scénario vraiment très intéressant où l’on achève le récit en post apocalypse. Si on devait résumer l’histoire en quelques mots on pourrait parler de nature contre l’homme et du désir de la planète de rappeler que c’est elle la patronne des lieux et non l’inverse.

Côté dessins, on note que TOUTES les vignettes sont monochromatiques (rouge, bleue, jaune, vert) apportant un style peu commun.

Un bel ouvrage et une belle histoire : à lire !

Trash de vie, plus belle sera la chute (Michel Lafon) – 16.95€

« Trash de vie » est un concept on ne peut plus simple mais sacrément efficace : des tranches de vie, mais trash… Des « trash de vie », quoi !

Dans cet album – que l’auteur aime à qualifier comme sa créature –, Jack Domon range toutes ses lubies, ses peurs, ses phobies, ou tout simplement ses observations sur le monde qui l’entoure. À chaque planche – en couleurs ou en N&B – une trash de vie, révélant une multitude de personnages et de situations, toutes plus caustiques les unes que les autres.

Tout cela teinté d’un noir toujours humoristique, et finalement… jamais méchant. Les observateurs aiment à penser que Jack Domon est plutôt sain d’esprit et qu’il chercherait tout simplement à embarquer avec lui toute personne qui aime rire de tout.

L’auteur de cette BD tape sur tout le monde dans cette BD et n’y va pas de main morte. Un livre à ne pas mettre entre toutes les mains de par son humour noir. La lecture est rapide et facile et est chapitrée en diverses thématiques : la famille, la société, le travail, la santé, politique et affaires, la religion et enfin la culture et les médias. Donc vraiment TOUT LE MONDE y passe. Si vous avez besoin de vous vider l’esprit, cette lecture fera pleinement le taf. Ne vous attendez pas à des blagues de haute volée mais certains strips sont quand même assez bien pensés.

Brindille T1 (Glénat) – 17.50€

« Qui es-tu, jolie créature ? »

Une jeune femme se réveille dans un village du petit peuple. Elle ne se souvient de rien, ni de son nom, ni de comment elle est arrivée ici. Alors qu’elle tente de retrouver la mémoire et découvre les habitants de ce monde, elle s’éveille peu à peu à des pouvoirs qu’elle ne contrôle pas. Est-elle une fée ? Une jeune fille ordinaire ? Une sorcière ? Les réponses à toutes ces questions se situent sans doute dans cette mystérieuse forêt qui entoure le village. Trouvera-t-elle le courage de se rendre là où personne n’a le droit d’aller ?

Les auteurs de la très belle série animalière Love nous plongent dans une aventure féérique où nous suivons le parcours initiatique d’une jeune héroïne dans sa quête d’identité. Le premier volume d’un diptyque onirique et voilé de mystère, au dessin magistral.

Lire un extrait

Lecture vraiment mignonne et féérique où nous avons le sentiment de débarquer dans un village de schtroumpfs au début de l’histoire. Au fur et à mesure de l’histoire notre personnage va grandir sans qu’on n’ait une quelconque explication et suivre un renard vers un mystérieux endroit. A la fin de ce tome 1 on ressort avec un grand nombre de questions dont j’imagine nous aurons les réponses dans la suite et fin du tome 2. Une suite que j’ai très envie de découvrir en tout cas tant cette bd très kawaii m’a emballé sans trop savoir dire pourquoi.

Lecture intriguante qui mérite votre attention

Bad Ass – Kitty Kitty Kill Kill (Delcourt) – 15.50€

Alors qu’elle tente de dérober un vieux grimoire, la super vilaine Amadeus Kitty se retrouve piégée face aux New Masters of Crime, une équipe de criminels bien décidée à mettre la main sur le livre avant elle.

Dans un musée d’histoire naturelle de Los Angeles, l’inauguration d’une exposition est troublée par Amadeus Kitty, venue dérober un ancien grimoire, supposément maudit et magique. L’arrivée des New Masters of Crime n’arrange rien. Eux aussi convoitent le livre, à l’instar de Jack Parks, alias Dead-End. Le musée est bientôt en proie au chaos et Kitty voit ses chances de succès chuter en flèche. A moins que le grimoire ait aussi son mot à dire…

Lire un extrait

Spinoff de la série Bad Ass, on retrouve un joli chaos dans ce musée où tout le monde semble vouloir mettre la main sur ce mystérieux ouvrage. Personnages hauts en couleurs et une bonne dose d’humour rendent la lecture de cette oeuvre agréable. Ca castagne sec à mains nues ou avec des pouvoirs. Un bon défouloir !

Je ne connais pas la série originale mais c’est ma deuxième rencontre avec un spinoff de Bad Ass et ceux-ci me donnent clairement envie d’en découvrir davantage sur ce mystérieux Jack Parks qui est, il faut l’avouer, réellement bad ass !

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité