Le club de lectures d’Übergizmo – Episode 11

Bonjour à tous et bienvenue à bord du club de lectures d'Übergizmo où je vous parlerai des différents ouvrages que je reçois de la part des éditeurs et où je vous apporterai mon point de vue parfaitement subjectif à leurs sujets. Il ne s'agira uniquement que de BD, comics et mangas, voire parfois des artbooks. Sachez qu'il n'y a pas d'ordre de préférence dans la rédaction de cet article mais un bon vieux système du "c'est en haut de la pile donc je le chronique en premier".

Gisèle et Béatrice (Aire Libre – Dupuis) – 16.5€

Un conte érotique teinté d’humour et de satire sociale.
Comme beaucoup de femmes, Béatrice est moins payée et moins considérée que ses collègues masculins. Lorsque son patron saute le pas du harcèlement sexuel, elle décide de le prendre à son propre piège. Grâce à une plante magique ramenée d’Afrique, elle le transforme en femme. Devenu “Gisèle”, sans statut, sans papiers, sans passé, il n’a d’autre choix que de rester chez Béatrice, qui en fait son objet sexuel, et accessoirement aussi sa femme de ménage.

Débarrassée de son patron macho, Béatrice accède au poste qu’il occupait. Toute à sa revanche, elle jouit d’abord sans bornes de sa nouvelle position de pouvoir. Quant à Gisèle, elle découvre la vie quotidienne d’une femme soumise, qui vaque entre les tâches ménagères, les journées passées à la maison et les fantaisies sexuelles de Béatrice, devenue sa maîtresse dans tous les sens du terme. Sans cesse surveillée, enjointe de se soumettre à tous les désirs de Béatrice, Gisèle va pourtant réussir à compenser, peu à peu, le déséquilibre originel de leur relation.

Avec ce conte érotique teinté de satire sociale, qui mêle scènes coquines, humour caustique et vrais sentiments, Benoît Feroumont s’empare d’un sujet complexe, qui touche à la question des genres, à la sexualité, au pouvoir et au fantasme. Un récit troublant, qui allie sensualité, humour et propos engagé, pour un public averti.

Lire un extrait

La couverture de l’album laisse en effet pense à un récit érotique lesbien sous forme de BD assez classique mais le récit caché à l’intérieur est en fait plus profond (et un peu barré) qu’il n’y parait. En privant de toutes ses libertés son ancien patron et le faisant devenir une femme, elle lui fait comprendre ce que c’est que d’être de l’autre genre. L’histoire ponctuée de scènes de sexe s’avère au final très touchante et évidemment hautement féministe.

Une lecture qui mérite vraiment le coup d’oeil et dont le synopsis présenté ci-dessus résume également assez bien le contenu de l’ouvrage.

Davy Mourier vs Cuba (Shampooing – Delcourt) – 9.95€

Misère humaine, censure d’État, inégalités sociales, absence d’accès Internet… la vie est parfois faite de combats et Davy Mourier le sait. Avec toute sa mauvaise foi, sa condescendance occidentale et son mauvais caractère, il en fait une BD.

Davy Mourier n’aime pas voyager. Il n’aime pas les dictatures.  Il n’aime pas les endroits sans wi-fi. Mais il aime sa maman, alors pour lui faire plaisir, il va l’emmener à Cuba, combo fatal de toutes ses hantises. Coup de chance, il pourra y ajouter une nouvelle terreur pas du tout prévue : Irma, ouragan de catégorie 5, le plus puissant depuis 1980.

Exceptionnellement, vous pouvez lire toute la BD gratuitement en ligne sur le Facebook de Davy (à raison d’une page par jour)

La mère de Davy Mourier (créateur TRES prolifique sur le web, en BD, à la TV… que j’affectionne tout particulièrement) entend bien réaliser un voyage par an. Et c’est son fils qui se charge de l’accompagner à chaque fois. Dernière envie de celle-ci : partir à Cuba. Au travers de ce récit auto-biographique Davy nous plonge au coeur de Cuba qui, en temps normal n’est pas un paradis pour geeks, mais qui, en période d’ouragan de catégorie 5 est un cauchemar pour tout le monde. Cuba n’était pas spécialement dans ma “no visit list” mais clairement après la lecture de cette BD elle y entre sans souci. Le pays est très très arriéré et toujours pas réellement ouvert au monde. Sa population est extrêmement pauvre, comme toute bonne dictature et le pays dispose de 2 monnaies : pour les locaux et pour les touristes : monnaie qui ne peut pas traverser les frontières d’ailleurs.

Oubliez le Guide du Routard, lisez Davy Mourier vs Cuba.

Mickey Mouse par Floyd Gottfredson  (T2) 1932/1933 – En route pour l’île au trésor et autres histoires – (Glénat) – 29.5€

Chronique du tome 1

Floyd Gottfredson est celui qui a hissé le « standard character » Mickey au faîte de sa popularité en bande dessinée. Un auteur dont l’efficace simplicité du trait et le génie graphique ont et continuent d’inspirer les artistes du monde entier.

Après L’Âge d’or de Mickey Mouse qui vous proposait une sélection des meilleures aventures de Mickey par Floyd Gottfredson, cette nouvelle collection réunit enfin, et de manière chronologique, l’intégralité de l’œuvre du maître ! Publiée en noir et blanc à raison de deux tomes par an, dans des albums luxueux à l’italienne pour respecter le format des strips d’origine, cette nouvelle édition deviendra à n’en pas douter le rendez-vous incontournable des amoureux du travail de l’auteur, autant que des fans de Mickey de la première heure !

Lire un extrait

Toujours un plaisir de se plonger dans l’histoire de Mickey Mouse au travers d’un sublie ouvrage imprimé à l’italienne. On remonte le temps dans les années 1932 et 1933 pour retrouver Mickey dans de folles aventures. On le voit donc partir à la recherche d’un trésor, affronter des scientifiques fous, devenir détective privé, s’essayer à la course de cheval (avec une histoire sous-jacente de jeux d’argents), en pilote de l’aéropostale où il faut “livrer le courrier avant tout” et bien d’autres encore.

Un ouvrage must have pour les afficionados de la souris la plus célèbre du monde et qui embellira vos bibliothèques à coup sûr !

Il faut flingue Ramirez T1 (Glénat) – 19.95€

Et si derrière la légende du pire assassin mexicain… Se cachait le meilleur expert en aspirateurs de tous les temps ?

Falcon City, Arizona. Jacques Ramirez travaille à la Robotop, une entreprise d’électroménager et l’un des fleurons industriels du coin. Employé modèle, il bosse vite, bien, et sait surtout se faire discret. Pour cause : il est muet. Sa vie bascule le jour où deux membres d’un dangereux cartel pensent reconnaître en lui l’homme qui a trahi leur organisation par le passé : Ramirez, le pire assassin que le Mexique ait jamais connu. Aussi étonnant que cela puisse paraître, sous le chapeau du nettoyeur légendaire se cacherait désormais… un expert en aspirateurs hors-pair. Et maintenant que les hommes du cartel l’ont démasqué, ils feront tout, absolument tout… pour flinguer ce fumier !

Lire un extrait

Coup de coeur pour cette BD pour ma part. On se croirait plongés au coeur d’un film d’action des années 80. Enormément d’explosions, de courses de bagnoles, de flingues et d’hémoglobines au programme de cette BD. Y a une telle tension autour des aspirateurs et du succès potentiel du prochain modèle, on se croirait à une keynote Apple. Twist intéressant de l’histoire, le fait que Ramirez soit muet. Cette double facette du personnage à la fois génie de la mécanique et terrible assassin rend la lecture de l’ensemble absolument délectable. Je vous recommande chaudement de vous plonger dans la lecture de ce premier tome dont j’ai hâte de découvrir la suite !

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité