Facebook attaqué en justice pour avoir prétendument permis un trafic d’êtres humains

Facebook

Facebook permet de faire bien des choses, la plupart très pratiques et sympathiques, mais pour une femme du Texas, le réseau aurait "favorisé" un trafic d'êtres humains. Elle a donc décidé d'attaquer le géant de Menlo Park en justice.

Selon ses dires, alors qu’elle avait 15 ans, elle aurait été mise en ami avec un utilisateur du réseau qui se serait plus tard révélé être un proxénète et l’aurait battue et violée, l’obligeant à se prostituer. L’homme aurait ensuite publié des photos de la femme sur Backpage.com – qui est aussi parmi les prévenus -.

D’après la jeune femme, Facebook n’a pas suffisamment vérifié l’identité de l’utilisateur et n’a pas averti que des proxénètes pouvaient opérer sur son site. Le site Backpage.com, quant à lui, a été fermé il y a quelques mois, les autorités le soupçonnaient justement de favoriser la prostitution.

Facebook a tenu à publier un communiqué : “Le trafic d’êtres humains est abject, il n’est pas autorisé sur Facebook. Nous utilisons la technologie pour déjouer ce genre d’abus et nous encourage tout le monde à utiliser les liens de signalement que l’on trouve un peu partout sur le site pour que notre équipe d’experts puisse analyser le contenu rapidement. Facebook travaille aussi activement avec une organisation dédiée à la lutte contre ce trafi et d’autres sociétés de technologies et nous signalons tous les cas flagrants d’exploitation sexuelle des enfants au NCMEC [Centre national pour enfants disparus et exploités, ndlr].

Tags :Via :Ubergizmo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité