Des chercheurs confirment la découverte d’une deuxième Terre

terre proxima du centaure

Des chercheurs ont confirmé l'existence d'une deuxième Terre dans le système stellaire Alpha Centauri. Cette planète aurait des océans comme la planète bleue et pourrait même héberger la vie. Par le passé, des milliers d'exoplanètes ont déjà été découvertes mais aucune comme Proxima B.

Proxima Centauri b, comme elle a été baptisée, offre des “caractéristiques prometteuses” : probablement rocailleuse, 1,3 fois plus grosse que notre Terre et dans la zone où l’eau liquide pourrait exister en surface. Cette planète est située à 4,2 années lumière de la Terre. Autrement dit, pour imaginer aller la visiter, il faudra concevoir de nouveaux moyens de propulsion super-rapides.

Selon les chercheurs, la température à la surface pourrait osciller entre -90° et 30°C. Proxima Centauri b représenterait donc une très bonne option pour une future colonisation humaine et pour une preuve directe de l’existence de formes de vie extraterrestre en dehors de notre système solaire.

Si la distance qui nous sépare de cette exoplanète semble vraiment énorme, elle est la plus courte parmi toutes les autres découvertes à ce genre. Proxima Centauri b pourrait devenir notre premier objectif pour un futur voyage interstellaire.

Proxima Centauri, quant à elle, est une naine rouge de la constellation du Centaure. Elle est trop faible pour être observée à l’oeil nu mais elle intéresse énormément les scientifiques ces derniers mois. Le spectrographe HARPS, installé sur le télescope de l’Observatoire Européen Austral à La Silla, notamment, l’a très régulièrement observée durant les six premiers mois de l’année.

De futures observations, par exemple avec le télescope de l’ESO E-ELT actuellement en construction, permettront d’en apprendre davantage sur Proxima Centauri b et qui sait, peut-être de déterminer la présence d’une atmosphère épaisse et d’un réservoir d’eau liquide…

Tags :Via :The Science News Reporter
  1. Des sondes dotées des technologies actuelles de propulsion ne pourraient guère atteindre Proxima Centauri b avant 20 000 à 80 000 ans, a calculé le site Universe Today.
    Même si nous parvenons à gagner en vitesse, le voyage sera très long.
    Actuellement, des études très sérieuses démontrent qu’un voyage d’une durée de 6 mois vers Mars risque déjà d’être mortel en raison des rayons cosmiques. Que restera t’il de nos corps, même si nous réduisons la durée du voyage vers Proxima Centauri de moitié.
    Mais surtout, que sera devenu Proxima Centauri b lorsque nous l’atteindrons ?

    Imaginons ce qu’était la terre il y a 80 000 ans. Une civilisation extraterrestre intelligente avec notre niveau de développement industriel actuel nous découvre et arrive aujourd’hui pour constater que nous avons épuisé les ressources de notre planète et que le réchauffement climatique provoque la sixième extinction de vie sur une Terre transformée en poubelle.

    Si nous débarquons chez eux dans 80 000 ans, il est possible que ces extraterrestres auront eux-aussi épuisé les ressources de leur planète, et qu’elle sera devenue une fournaise en raiso d’un effet de serre irréversible.

    En fait, tant que nous ne saurons pas voyager dans le temps, les voyages intergalactiques resteront du cinéma.

    1. Etonnant que Universe Today ignore complètement la loi de Moore, Moravec, Kurzweil et/ou Rosa.
      Si, pour atteindre, linéairement, Centauri β, il faudrait, disons, 50 000 ans, en partant dans la minute. Pendant ce temps, la technologie va évoluer sur Terre.

      Maintenant, si par contre, nous appliquons les diverses lois actuelles sur le développement technologique, actuellement autour de x2 toutes les 1,2 années, il faudrait un peu moins de 20 ans pour avoir le même niveau technologique que celui théorique de 52 018.

      Autrement dit, il y a 20 ans, c’est à peine si nous avions de téléphones portables, et pas “smarts” du tout. Il a 50 ans, c’était à peine imaginable d’aller sur la lune… dans 20 ans, quel sera notre niveau technologique ? et dans 50 ?
      On estime (loi de Kurzweil) que l’intelligence artificielle dépassera la somme de tous les cerveaux humains cumulés en 2040. Dans… 20 ans.

      Plus concrètement, l’idée ne sera pas d’envoyer des humains, soyons plus modestes, mais d’envoyer des macro-sondes Breakthrough Starshot (imaginée par Hawking) qui pourront faire le voyage et nous renvoyer des images, oui images, en 50 ans.
      Je reformule pour qu’il n’y ait pas de mauvaise interprétation : le développement du projet prendrait une vingtaine d’années, l’arrivée des sondes dans le système d’Alpha du Centaure prendrait également environ 20 ans et l’arrivée des premières données depuis le système prendrait 5 ans à revenir sur Terre = 2018 + 50 = 2068.

      On est très très loin de 52 018, non ?

  2. De futures observations, par exemple avec le télescope de l’ESO E-ELT actuellement en construction, permettront d’en apprendre davantage sur Proxima Centauri b et qui sait, peut-être de déterminer la présence d’une atmosphère épaisse et d’un réservoir d’eau liquide…

    Donc pour l’instant, rien de confirmé. On est loin de la 2e terre. Titre d’article terriblement putaclic !

  3. À la fin du 19e siècle, on estimait que passés les 100 km/h, les humains ne survivraient pas, faute de pouvoir respirer.
    Le voyage sur la Lune reste encore questionné.
    Non, Centauri b n’est peut-être pas Terra 2, mais qu’importe, c’est sa quête qui est passionnante, la découverte viendra après.
    Et côté temps de voyage, il n’est pas nécessaire d’envoyer des hommes, c’est un élément “ralentissant”. Faite preuve d’imagination… Hawking a montré la voie, il n’y a pas si longtemps. L’envoi d’humains est la dernière, optionnelle, et lente, étape.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité