La Chine voudrait une Lune artificielle pour éclairer ses nuits

Insight Investment Astronomy Photographer of the Year 2018

La Chine a le projet fou de lancer un satellite lumineux artificiel en orbite géosynchrone au-dessus de Chengdu, la capitale de la province Sichuan, au Sud-Ouest du pays, d'ici 2020. Objectif ? Aider à éclairer les rues de la ville la nuit et économiser ainsi pas moins de 173 millions de dollars de facture annuelle en électricité.

Les scientifiques ont estimé que ce satellite pourrait être huit fois plus lumineux que notre Lune. Elle sera aussi plus proche de la Terre : environ 500 km, contre 380 000 km pour la Lune.

Ce projet ambitieux n’aurait cependant pas pour but d'”éclairer tout le ciel de la nuit”, déclarait au China Daily Wu Chunfeng, directeur de la Tian Fu New Area Science Society. “Sa luminosité, par rapport à l’oeil humain, devrait être d’environ un cinquième de celle des éclairages urbains traditionnels.”

Et si ce premier satellite s’avère convaincant, le gouvernement chinois prévoit d’en déployer trois autres d’ici 2022. Ça commence à faire beaucoup de lunes, non ?

Tags :Via :Geekologie
  1. Quelque chose aurait-il échappé à mon esprit ?
    A une altitude de seulement 500 kms, le satellite NE POURRA PAS ETRE géosynchrone, mais tournera autour de la Terre à une vitesse un peu inférieure à celle de l’ISS.
    En effet, celle-ci effectue 16 révolutions par jour (une toute les 90 minutes environ) en étant sur une orbite de 400 kms, et quand elle traverse notre ciel, on ne l’aperçoit que quelques minutes au plus ! S’agit-il d’illuminer Chengdu pendant quelques minutes seulement, à 5 ou 6 reprises par nuit (ce qui serait parfaitement inutile) ?
    Quant à placer un satellite “éclairant” à une orbite VRAIMENT géosynchrone, celui-ci devrait impérativement se trouver (comme les satellites géostationnaires, qui ont de plus, par définition, une orbite à inclinaison nulle, soit dans le plan équatorial terrestre) à une altitude de 35786 kms !!! A une telle distance, je n’ose pas imaginer la dimension des panneaux réfléchissants, pour obtenir un résultat significatif sur Terre en terme d’éclairage.
    Ce projet semble donc tout à fait irréaliste, voire carrément délirant !
    … Ou bien est-ce une farce de Pékin – pourtant reprise ces derniers jours par de nombreux sites, même “sérieux” – destinée à tester la crédulité des occidentaux ?
    Quoi qu’il en soit, même si une telle chose était réalisable, je ne pense pas que ce serait une bonne idée : LA NUIT DOIT RESTER LA NUIT. Il est scientifiquement prouvé que l’éclairage nocturne dans les zones urbaines est une cause très importante de perturbations pour la vie sauvage (en particulier pour les oiseaux, chauves-souris, insectes) déjà gravement mise à mal par notre monde (sur-)industrialisé.
    Dans une optique de sobriété énergétique (et accessoirement pour nous permettre de contempler à nouveau le ciel nocturne étoilé, comme on peut le faire à condition de s’éloigner suffisamment des sources de pollution lumineuse – en haute montagne ou au coeur de l’Afrique, peu électrifiée, par exemple), je prônerais plutôt L’ABANDON UNILATÉRAL DE L’ÉCLAIRAGE URBAIN !
    (Oui je sais, je ne vais pas me faire que des amis en disant ça, mais je persiste et je signe dans cette prise de position, on ne peut plus ÉCO-RESPONSABLE …)

    1. Une réponse qui mérite largement sa place dans un article de journal , encore une fois Michel nous fait une réponse dont seul lui à le secret , pleine de bon sens et de connaissances , comme quoi “GEEKOLOGIE” nous prend pour des cons….. comme la majorité des médias ……

  2. cette opération peut être intéressante : si il y a des genui vulent de la luminosité, moi je pense que l’idéal est de tenter une “ombre” a shadow pour refroidir la surface de l’océan : en vu de stopper les vents, les ouragans, les cyclones, les tempetes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité