WhatsApp interdit 2 millions de comptes par mois pour lutter contre le spam

données Facebook WhatsApp

WhatsApp a pris des mesures drastiques pour remédier au fait que sa plate-forme soit largement utilisée pour répandre des informations erronées. L'équipe en charge de tracker le spam a récemment mis une limite de transmission de texte afin d'empêcher la propagation de rumeurs. La société appartenant à Facebook a révélé qu'elle interdisait chaque mois environ 2 millions de comptes afin de lutter contre la propagation de la désinformation.

La société a révélé aujourd’hui – lors d’un point de presse – qu’elle avait mis en place un « système d’apprentissage automatique » permettant de détecter et de trier les utilisateurs présentant des comportements spécifiques, tels que la création de plusieurs comptes et l’envoi groupé de messages, uniquement pour diffuser du contenu inexact. Il s’agit d’être vigilant, Whatsapp est tout de même la messagerie multiplateforme la plus largement utilisée au monde…

Une fois repérée, la personne ne pourra plus créer de comptes, les usagers (ou robots) peuvent être stoppés lorsqu’ils essaient de s’inscrire ou s’ils sont signalés par d’autres utilisateurs. Un porte-parole a indiqué que plus de 2 millions de comptes étaient interdits sur WhatsApp chaque mois. 

Les décisions sont donc basées sur un système d’apprentissage automatique qui utilise des données précédentes et les compile pour trouver un schéma type et en sortir les comptes  frauduleux. Bref, un algorithme. Actuellement, celui-ci est capable d’interdire 20% des comptes incorrects au moment même de l’enregistrement. 

Halte au feu ! Quels sont les items qui engendreront l’exclusion ? Cela inclut l’adresse IP de l’utilisateur, le pays d’origine des numéros de téléphone utilisés pour s’inscrire, « l’âge » du compte et si le compte a commencé à envoyer des messages en vrac peu après sa création, entre autres. 

Efficace certes, mais vous pouvez bannir toute vie privée et données personnelles dès l’inscription. « Le poids des mots, le choc des réseaux… »

 

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité