Le club de lectures d’Übergizmo – Episode 20

Bonjour à tous et bienvenue à bord du club de lectures d'Übergizmo où je vous parlerai des différents ouvrages que je reçois de la part des éditeurs et où je vous apporterai mon point de vue parfaitement subjectif à leurs sujets. Il ne s'agira uniquement que de BD, comics et mangas, voire parfois des artbooks. Sachez qu'il n'y a pas d'ordre de préférence dans la rédaction de cet article mais un bon vieux système du "c'est en haut de la pile donc je le chronique en premier".

Le spécimen (Rue De Sèvres) – 18€

Sibérie. Désert de Ryn. Au centre Rynpeski, les condamnés à mort font – dans le plus grand secret – office de cobayes. Un jour d’opération a priori comme les autres. Coupure de courant soudaine. À la place du corps de l’homme venant de se faire exécuter, le corps d’un autre homme, qui ne tardera pas à reprendre vie, dévoilant d’effrants yeux sans pupilles. Mais c’est bien la plus innocente de ses particularités. Le spécimen est capable de contrôler les esprits. Pourquoi ne souhaite-t-il parler qu’avec le docteur Irina Danko ? Qu’est-ce qui les unit ? D’où viennent les cauchemars qui chaque nuit assaillent la jeune femme ? Glaçant et palpitant.

Lire un extrait

J’ai beaucoup aimé cet ouvrage plein de mystères. Qui est donc cet étrange spécimen qui prend la place d’un mort dans une prison perdue au fin fond de la Sibérie ? Définitivement un récit de SF à tendance conspirationniste et un peu de crise diplomatique. On prend plaisir à découvrir au fur et à mesure du récit l’étendue des capacités du Spécimen et son contrôle mental sur les gens qui l’entourent.

Mickey Mouse par Floyd Gottfredson – Tome 3 (Glénat) – 29.5€

Floyd Gottfredson est celui qui a hissé le « standard character » Mickey au faîte de sa popularité en bande dessinée. Un auteur dont l’efficace simplicité du trait et le génie graphique ont et continuent d’inspirer les artistes du monde entier.

Après L’Âge d’or de Mickey Mouse qui vous proposait une sélection des meilleures aventures de Mickey par Floyd Gottfredson, cette nouvelle collection réunit enfin, et de manière chronologique, l’intégralité de l’œuvre du maître ! Publiée en noir et blanc à raison de deux tomes par an, dans des albums luxueux à l’italienne pour respecter le format des strips d’origine, cette nouvelle édition deviendra à n’en pas douter le rendez-vous incontournable des amoureux du travail de l’auteur, autant que des fans de Mickey de la première heure !

Lire un extrait

3ème opus de la saga qui est un véritable coup de coeur pour ma personne. 9 histoires sont condensées dans ce 3ème numéro retraçant les aventures de Mickey Mouse par Floyd Gottfredson entre 1934 et 1936. Véritable délice à lire et à apprécier dans sa bibliothèque, Glénat, continue de nous délivrer un ouvrage physiquement sublime avec son format à l’italienne et au contenu hilarant et touchant.

White Spirit (Delcourt) – 16.5€

Une entité maléfique à l’humour très discutable plonge Pascal, blagueur grincheux, dans une farce diabolique. Après avoir fait mourir de rire son public, Dedo s’attaque aux lecteurs de BD.

Pascal, bobo parisien blasé, a une vie un peu chiante et des amours compliquées. Invité à une séance de spiritisme à laquelle il va à reculons, parce que c’est du flan, il décide de creuser le sujet quand il reçoit la réjouissante visite de son frère… décédé huit ans auparavant. Sans le vouloir, le cynique Pascal est entré en contact avec un « démonfarceur » qui va faire de sa vie, jusque-là ennuyeuse, un enfer.

Lire un extrait

Dedo délivre ici sa première BD et celle-ci n’est vraiment pas comme les autres. Si je vous parle d’une scène de nécrophilie incestueuse, vous voyez un peu jusqu’où ça peut aller ou pas ? En vrai, la scène est super drôle ! J’ai énormément kiffé le dessin de cette BD qui m’a rappelé le génial Derf Backderf et ce style très américain de la BD noire et blanche. A l’image de l’artiste derrière la BD, celle-ci est un condensé d’humour noir qui plaira aux fans du prince des enfers !

DAVY MOURIER VS LA TELEVISION (Delcourt) – 9.95€

Après avoir affronté Cuba, Davy s’attaque à la télévision. Un combat épique, et toujours autobiographique, depuis les séances de visionnage familiales jusqu’à la découverte de l’envers du décor. Traversez l’écran avec Davy Mourier !

Comme beaucoup d’enfants de sa génération, Davy Mourier a voué un culte au Dieutélévision. Spiderman, les Nuls, Goldorak… sa passion pour les mondes imaginaires a trouvé son carburant. Dès 15 ans, il le sait, il fera de la télé. Mais de l’autre côté de l’écran, la vie n’est pas toujours en technicolor… Heureusement pour Davy et ses fans : l’adversité, c’est aussi un bon moyen de nourrir sa créativité.

Lire un extrait

Nouvel opus de la saga Davy Mourier VS, avec cette fois-ci la télévision. Ayant pour ma part assisté à l’un de ses spectacles sur scène, certaines anecdotes (dont la géniale fois où il était malade quand il était enfant) m’étaient déjà connues. Mais pour ceux qui n’ont pas eu la chance de le voir sur scène vous allez y découvrir de sacrés moments de vie dans la vie de Davy et la télé de ses parents. Mais surtout vous allez découvrir l’envers du décor des médias et leur haine du geek. Davy va ainsi sur plusieurs pages nous raconter les coulisses d’un reportage où il s’est fait embobiner tout du long et tourné en ridicule avec la magie du monage et des scènes « exigées » du journaliste. La BD commence avec Davy face à la TV de ses parents pour finir avec Davy dans la TV dans ce reportage honteux. Bien évidemment, il y est fait mention des fois où il était animateur sur diverses émissions.

Grand fan de Davy, je ne suis pas forcément le plus objectif pour vous conseiller de vous procurer cette oeuvre (et toutes ses autres créations, avec bien évidemment en tête d’affiche La Petite Mort).

Paris 2119 (Rue de Sèvres) – 17€

Paris 2119. Drones et hologrammes font partie du quotidien. Les cabines Transcore permettent de se téléporter. Sans danger ?

Paris, 2119. La Ville Lumière n’est plus qu’une cohabitation de quartiers délabrés face à un Paris musée transformé par un art brut qui a mal vieilli. Les clones, les drones et les hologrammes envahissent les espaces privés et publics.  Pourtant, quelques éléments du XXIe siècle perdurent encore, tel que le métro, essentiellement squatté par les laissés-pour-compte. Désormais, la plupart des gens se déplacent via le Transcore, cabine individuelle de téléportation proposée à chaque coin de rue. Tristan Keys vit dans ce monde dont il rejette la déshumanisation. Tel un marginal, il continue à prendre le métro, à  marcher dans les rues, contrairement à sa compagne Kloé, adepte de la téléportation intercontinentale.

Dans cette ambiance rétrofuturiste, des faits inquiétants surviennent. Une femme, en particulier, émergeant hagarde d’un Transcore, éveille les soupçons de Tristan. Que leur cache-t-on ? Quels intérêts plus sombres le Transcore sert-il sous couvert de la téléportation pour tous ?

 
Dans l’esprit de Zep, le papa de Titeuf, Paris en 2119 et le monde de manière générale est blindé de technologie. En particulier le Transcore qui vous téléporte partout dans le monde. Seulement sous cette étrange technologie se cachent bien des secrets. Une appréciable lecture de scénario d’anticipation qui pourrait arriver dans un avenir prochain.
 
Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité